fbpx

Recherche

Suivez Jonas : Facebook - Twitter - Instagram - YouTube

Jonas HADDAD était l'invité de la dernière de l’année de ÇA VOUS CONCERNE sur Radio HDR pour discuter Europe avec nos résidents Mansour, Aïsha et Damien.

Ecouter l'Emission

Paris-Normandie : Membre du parti Les Républicains (LR) à Rouen, Jonas Haddad a suivi comme de nombreux Rouennais l’acte VII des gilets jaunes à Rouen (Seine-Maritime) samedi 29 décembre 2018. Il condamne les violences qui ont émaillé la manifestation.

Membre du parti Les Républicains (LR) à Rouen, Jonas Haddad a suivi comme de nombreux Rouennais l’acte VII des gilets jaunes à Rouen (Seine-Maritime) samedi 29 décembre 2018. « Ce qui s’est passé à Rouen aujourd’hui est inacceptable, commente le jeune militant LT, avocat de profession. Que les gilets jaunes manifestent c’est leur droit le plus absolu. D’ailleurs, nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises et j’étais l’un des seuls politiques rouennais à les rencontrer sur les rond points. Mais s’attaquer à des commerces déjà éprouvés par les travaux et mettre le feu à la ville surtout en cette période, c’est juste scandaleux !Le dialogue oui mais la fermeté avec les casseurs !»

 

Lire l'article sur paris-normandie.fr

Jonas HADDAD était l'invité de la dernière de l’année de ÇA VOUS CONCERNE sur Radio HDR qui abordait le plan pauvreté du gouvernement avec pour en débattre.

Ecouter l'Emission

Le Panorama XXL sera donc détruit. Ce chantier colossal réalisé par l'artiste allemand Yadegar ASISI, n'entre pas dans son quatrième hiver en toute sérénité : ses jours sont désormais comptés puisque le Président socialiste de la métropole Frédéric SANCHEZ en a annoncé la démolition dès 2021, mardi 13 novembre dernier.

D’un point de vue culturel, l'idée aurait pu être séduisante avec une structure unique en France et une exposition permanente de toiles singulières.

Néanmoins, pour un responsable politique cherchant toujours un héritage à laisser aux habitants de l'agglomération, la folie des grandeurs l’a emporté sur la raison.

Un bâtiment pharaonique de 35 mètres de haut, des coûts démesurés et surtout une absence totale de concertation avec les Rouennais.

Il n'en fallait pas plus à Frédéric SANCHEZ pour lancer ce projet. Solidement attaché à sa majorité socialiste et depuis longtemps en quête de chantiers égotiques, le Président de la Métropole, tout assis qu'il était sur le respect dû à l'avis pour le moins réservé des contribuables, n'a pas perdu une seconde pour donner son accord à la construction de cette œuvre prématurément installée et lourdement financée.

Le projet initial ne manquait pas de singularité : bouchant la perspective de l'avenue Pasteur avec son dégradé de taules bleues, ce géant architectural dont les dimensions rivalisaient avec les plus grandes œuvres du patrimoine rouennais cachait un compte-à-rebours dès l'édification de ses premiers murs. Installée sur le quai de la rive droite, cette immense réalisation devait pourtant être démontée en 2021 pour finalement être transférée à un autre endroit dont la détermination restait à venir.

Seulement voilà, l'engouement n'est pas à la hauteur. La publicité, le budget et les attentes misés sur la simple réussite de cette initiative politique ne sont toujours pas au rendez-vous et, malgré des toiles intéressantes, le projet ne parvient pas à trouver sa place dans le paysage rouennais. Selon un récent sondage BVA, la population de la ville demeure encore majoritairement sceptique sur la pertinence de la structure.

Il semble que le manque de succès du Panorama XXL ne soit pas à imputer uniquement à la nature de ses expositions, ni à sa localisation, ni même à l'anomalie architecturale qu'il représente dans la boucle de Seine rouennaise mais plutôt au manque de vision de la Métropole qui souhaitait davantage sa réalisation que son installation dans le temps.

Les années passées à édifier cet ouvrage, à en vanter les mérites et à l'afficher comme un atout de l'agglomération se dissimulent désormais derrière l'ombre d'une disparition imminente que le principal responsable politique n'avait guère vu venir, pensant hier encore que sa gabegie finirait par se faire oublier.

Comme de coutume avec la majorité socialiste, l'égo a ses raisons que la raison ignore. Pourquoi n'avoir pas valorisé la rive gauche avec ce projet pour le moins ambitieux ? Dans quel but avoir décidé d'une construction éphémère au mépris de toute exigence budgétaire et culturelle ? S'agissait-il finalement d'une lubie ou bien d'un mensonge XXL dissimulé de longue date par la majorité socialiste ?

Pourquoi avoir régulièrement gonflé les chiffres en incitant des administratifs et des scolaires par des invitations de complaisance ?

La trace du Panorama s’effacera comme le temps efface les décisions inconséquentes, mais que de temps perdu, que d’argent dilapidé qui aurait pu servir à une autre offre culturelle ou à renforcer l’attractivité de Rouen.

... mais en attendant c’est encore le contribuable qui aura payé...

Recevoir la lettre d'information de Jonas
et toutes les nouvelles de la campagne